CPE Bach Testament et promesses

testament

CPE Bach 1714-1788

Aline Zylberajch (Tangentenflügel) et Alice Pierot (Violon)

Extraits sur Youtube

 

 

 

 

 

CD CPE Bach Testament et Promesses

Diapason, septembre 2013

Cinq diapasons

(...) Alice Piérot se fond avec délice dans la couleur du piano en prolongeant le formidable travail sur la texture et le timbre auquel se livre sa complice
Aline Zylberajch ouvre encore l'éventail des styles avec les 12 Variations sur les Folies d'Espagne qui permettent d'exploiter toutes les ressources de l'instrument en solo.
On retrouve ce qu'on aime tant dans son inoubliable album Scarlatti : une grande probité musicale, un goût parfait et une légère fébrilité qui s'accorde idéalement à l'écriture de Carl Philipp Emanuel.
il est judicieux d'avoir clos ce programme par l'Arioso varié(...) Le jeu d'Alice Piérot, d'une belle générosité dans le cantabile, y fait merveille. Philippe Ramin


 


Early Music Review - Juin 2013

" (...) all in all, quite a range of colours, which is exploited to the full by such a virtuoso as Aline Zylberajch, who is clearly utterly in harmony with Bach's flights of fancy." Brian Clarke 


 

MUSIKZEN, août 2013

Bach fils dans ses plus beaux atours par A. Zylberajch et A. Piérot
« Les fantaisies non mesurées sont incomparable pour l’expression des sentiments. [...] C’est surtout par des fantaisies [...] que l’interprète pourra s’exercer à l’éloquence, à l’art de passer brusquement d’un sentiment à l’autre. » C’est ce qu’écrit Carl Philipp Emanuel Bach en 1753, lorsqu’il aborde le genre. En 1787, un an avant sa mort, il compose encore une extraordinaire fantaisie dans la  tonalité rare de fa dièse mineur. Elle existe en deux versions, l’une pour clavier seul, l’autre avec accompagnement de violon et portant l’indication « Sentiments de C. P. E. Bach - Très triste et très lent ». L’œuvre ouvre en beauté ce CD : deux instruments dotés de sonorités magnifiques, deux interprètes qui en tirent le maximum, ainsi que de la musique elle-même, avec notamment d’inattendus et parfois très pointus contrastes d’intensité. Le reste du programme explore divers aspects de la production du compositeur : la fameuse fantaisie en ut mineur pour clavier seul de 1753, l’une des peu connues sonates pour violon et clavier, etc. La  sonate en la majeur pour clavier seul H.186 de1765 et publiée plus tard est une des plus proches du style viennois, du moins par ses dimensions et par l’organisation thématique de son premier mouvement. Le pianoforte à tangentes est censé produire un son clair et limpide, ce dont on s’aperçoit. La discographie du Bach de Berlin et de Hambourg est abondante, et son catalogue très varié. Pour ses ouvrages à petits effectifs, cette réalisation est de celles s’imposant en tout premier lieu.
Marc Vignal


 


Carl Philipp Emanuel Bach
Fantaisie pour clavier avec accompagnement de violon Wq.80 ; Douze variations sur les Folies d’Espagne Wq.118/9 ; Fantaisie pour clavier Wq.63/6 ; Sonate pour violon et clavier Wq.78 ; Sonate pour clavier Wq.55/4 ; Arioso pour clavier et violon Wq.79.
Aline Zylberajch (piano à tangentes), Alice Piérot (violon)
1 CD Encelade ECL 1201
1 h 11 min

CD CPE Bach Testament et Promesses - Critique "Passée des Arts"

27 février 2014 - La Passée des Arts - Jean-Christophe Pucek

Alors que le deuxième mois de 2014 touche à sa fin, on ne peut pas vraiment dire que les labels brillent par leur volonté d'offrir aux mélomanes les fruits de l'inspiration turbulente du second fils de Johann Sebastian Bach. Profitons donc de cette frilosité – passagère ? – pour mettre à l'honneur un disque paru il y a quelques mois chez le jeune éditeur L'Encelade et qui, sous le titre de Testament et promesses, nous entraîne à la découverte des quelques-unes des belles inventions de l'imprévisible Carl Philipp Emanuel.

Maîtresses d'œuvre de ce récital, la claviériste Aline Zylberajch et la violoniste Alice Piérot sont allées puiser dans le vaste corpus des pièces pour clavier et dans celui, beaucoup plus mince, pour clavier et violon afin de nous proposer un parcours qui couvre une très large partie du parcours créateur de Carl Philipp Emanuel Bach, des années de Berlin, au service morne d'un Frédéric II qui lui préférait le flûtiste Johann Joachim Quantz (1697-1773), la politesse du style galant et les fioritures de l'opéra italien, à l'avant-dernière année d'une vie qui l'avait consacré comme un des plus importants et influents compositeurs de son temps.

Lire la suite : CD CPE Bach Testament et Promesses - Critique "Passée des Arts"